Sélectionner une page

Réparer et réassembler Marseille

Un demi-siècle de gâchis. Après soixante ans de clientélisme, de gaspillages, d’abandon des services publics, de mépris des habitants et particulièrement des plus pauvres d’entre eux, Marseille est une ville fracturée, polytraumatisée, en lambeaux.

Lire la suite ...

L’écart entre les plus pauvres et les plus riches habitants est un des plus importants de France. D’un quartier à un autre, les écarts de conditions de vie sont de 1 à 50. Aux inégalités sociales et économiques s’ajoute une ségrégation criante : à quelques kilomètres voire à quelques centaines de mètres de distance, des Marseillais bénéficient de logements décents, de transports publics, d’écoles sûres, d’emplois, de services, de commerces, alors que d’autres Marseillais n’y ont pas ou peu accès.

À tel point qu’aujourd’hui, Marseille ne fait plus ville : nous n’avons plus de Marseille en commun. Nous ne sommes plus les quartiers d’une même cité, nous sommes des îlots, éparpillés dans une mer hostile.

Beaucoup de Marseillais en situation de pauvreté ne se sentent plus appartenir à la même ville que d’autres Marseillais, plus aisés, parfois beaucoup plus aisés.

Ce que nous voulons, c’est que chaque Marseillais puisse vivre la même Marseille.

Marseille doit “refaire ville”, redevenir notre bien commun géré par tous et pour tous, et non plus seulement pour quelques-uns. Une ville dont la richesse profite à tous ses habitants et non plus aux seuls intérêts privés.

Pour redresser Marseille, nous posons comme principe de faire confiance à chaque Marseillais.

Chaque habitant de cette ville est digne et capable de participer à sa reconstruction.

Chaque habitant de cette ville peut et doit s’emparer de ce chantier, car Marseille ne pourra se relever qu’avec une mobilisation générale : employés, personnes âgées, fonctionnaires, ouvriers, enfants, chefs d’entreprises, chômeurs, jeunes, artisans, commerçants, familles…

Pour animer et incarner cette mobilisation, nous proposons la création au début du prochain mandat municipal d’une Assemblée re-constituante composée de citoyens tirés au sort, de citoyens volontaires, de collectifs, d’associations, de représentants des forces économiques, d’acteurs culturels…

La mission de cette assemblée sera de garantir que les politiques municipales prennent soin de tout Marseille et de tous les Marseillais.

Pour cela, l’assemblée aura la responsabilité de mettre en place en priorité :
• les conditions d’une totale transparence dans les attributions des logements sociaux, des places en crèches, des marchés publics,
• une nouvelle tarification équitable pour les services publics municipaux (cantines…).
• le périmètre, le devenir et les choix de gestion des biens communs à tous les habitants : eau, air, littoral, espaces publics, services publics, données…
• un pouvoir de contrôle et d’évaluation des politiques publiques municipales et métropolitaines

Dans l’état où est Marseille, seul un renversement total de son fonctionnement peut la sauver et nous sauver.

Malgré sa pauvreté, Marseille est riche. Riche de l’histoire exaltante d’une des plus anciennes villes de France, d’une position géographique exceptionnelle, riche surtout de son intelligence citoyenne et de la diversité de ses cultures, notre ville peut devenir un exemple à suivre pour les autres villes de France et d’Europe. Elle doit devenir ce modèle, elle a tous les atouts pour cela.

A nous, Marseillaises et Marseillais, d’en être dignes,
à nous de faire notre devoir,
à nous de prendre nos responsabilités,
à nous de faire de nos différences une force.

Pour notre ville, pour nos collègues, nos voisins, nos amis, nos minots, pour nous. Branle-bas de combat ! Tout le monde à son poste !!!

Nos Propositions

Ces propositions sont le résultat d’un travail collectif…

  • 5 réunions publiques avec 500 personnes, habitants, militants, experts.
  • Un travail préalable pour répertorier et ordonnancer les idées exprimées.
  • Des réunions de présélection des propositions, de retravail, et de consolidation.
  • Beaucoup d’échanges, en ligne et surtout en face à face, dans la vraie vie.

NB : ces propositions n’ont aucune prétention à l’exhaustivité ou à constituer l’entière ossature d’un programme électoral. Elles sont conçues pour ouvrir le débat sur ce que doivent être des politiques de progrès social, écologique et économique dans l’intérêt général des Marseillaises et des Marseillais. Ces propositions doivent être approfondies, développées, enrichies, complétées avec d’autres collectifs, associations, habitants de Marseille.

Certaines de ces propositions relèvent de compétences et politiques métropolitaines, ou pourraient nécessiter une évolution législative. Nous partons du principe qu’une volonté politique à l’échelle de Marseille doit se traduire en volonté politique à l’échelle de la Métropole et à l’échelle de l’État :
QUAND “LE” POLITIQUE VEUT, “LA” POLITIQUE PEUT.

CONFIER AU MAIRE DE SECTEUR LA RESPONSABILITÉ DU CIVISME ET DE LA SÉCURITÉ DE PROXIMITÉ

Les Marseillaises et les Marseillais, où qu’ils vivent, méritent que leur Ville s’occupe de plus près des problèmes qui les touchent de près.

Nous proposons que le ou la Maire de secteur devienne la vigie de la gestion urbaine de proximité.

Incivilités, propreté, stationnement, garantie de bonne fin des travaux de voirie, encombrants, déchets et affichages sauvages…

Résoudre ces problèmes du quotidien sera placé sous l’autorité politique d’un élu dévoué à son secteur.

C’est une responsabilité nouvelle qui devra s’accompagner d’outils de démocratie participative, de moyens financiers et humains répartis équitablement, selon les nécessités.

FACILITER LES SOLUTIONS COLLECTIVES POUR DES QUARTIERS PROPRES ET SÛRS

Les Marseillaises et les Marseillais méritent un cadre de vie apaisé et sécurisé.

C’est leur premier droit, celui qui permet de se sentir bien chez soi et dans son quartier, celui qui permet ensuite de s’ouvrir aux autres et au reste de la ville.

Nous proposons la création d’équipes de proximité dédiées à la qualité du cadre de vie, à la sécurité et à la prévention de la délinquance.

L’obsession de ces équipes sera de faire travailler ensemble tous les services et les acteurs concernés.

La propreté et la sécurité ne progresseront à Marseille que grâce à cette coordination efficace de tous ceux qui de près ou de loin peuvent y contribuer : forces de l’ordre, bailleurs sociaux, services techniques, services de l’éducation nationale, associations de prévention et de médiations, CIQ, conseils citoyens, commerçants, entreprises, etc.

Chacun dans son rôle, parce que chacun détient une part de la solution, tous ces acteurs seront réunis dans des cellules de veille, présidée par le Maire de secteur, pour partager les informations et résoudre collectivement les problèmes.

Organisées chaque mois dans chaque arrondissement, les cellules de veille tiendront un tableau de bord des solutions envisagées. Ce tableau sera rendu public et les engagements de chacun seront vérifiés.

Pour garantir une réelle capacité d’action, les équipes de proximité seront placées sous l’autorité directe de la Direction Générale des Services de la Ville.

FAIRE DE MARSEILLE UN PÔLE D’EXCELLENCE DES ÉNERGIES RENOUVELABLES

Les Marseillaises et les Marseillais méritent une énergie propre qui leur rapporte.

Nous proposons de consacrer au moins 50 % des toits des bâtiments municipaux à l’installation d’un million de mètre carré de panneaux solaires photovoltaïque. Génératrice de revenus et d’électricité verte pour la commune, cette mesure permet de créer 1 500 emplois à l’échelle de la Métropole et d’éviter l’émission de l’équivalent de 60 000 véhicules. En faisant de Marseille la capitale européenne du solaire, cette mesure marque aussi son entrée dans une politique viscéralement écologique, engagée dans la transition énergétique solidaire, et enfin à la hauteur des enjeux : lutte contre la pollution de l’air, conservation des surfaces non bâties pour la biodiversité et l’agriculture urbaine, etc.

DÉVELOPPER LES JARDINS COLLECTIFS DANS TOUS LES QUARTIERS

Les Marseillaises et les Marseillais, des plus jeunes aux plus âgés, méritent de pouvoir développer et cultiver ensemble leurs jardins communs.

Nous proposons de doubler la surface des jardins collectifs municipaux (de 4 ha à 8 ha) en récupérant des espaces urbains en friche, sous-utilisés ou promis au bétonnage.

Chaque jardin est travaillé collectivement, sans pesticides, avec un référent formé à la permaculture, et la liberté de choix des variétés cultivées. Missions prioritaires : l’éducation, le lien social, la lutte contre l’isolement, en partenariats de proximité avec les crèches, écoles, collèges, maisons de retraite…

Autres objectifs : une alimentation saine et locale, la défense de la biodiversité, la multiplication des îlots de fraîcheur et des réserves de carbone au cœur de la ville.

FACILITER L’ACCÈS À LA COMMANDE PUBLIQUE DES TPE ET PME

Les Marseillaises et les Marseillais méritent que leurs entrepreneurs, leurs artisans, leurs commerçants soient reconnus et soutenus.

Nous proposons de lever les freins qui limitent l’accès des TPE et PME (95 % du tissu économique marseillais) à la commande publique municipale. Par exemple : un découpage des lots propice aux candidatures de petites entreprises ; des critères donnant l’avantage aux entreprises engagées pour le territoire marseillais, pour l’insertion de ses habitants, pour un développement soutenable (aux plans sociaux et écologique) ; des modalités de paiement favorable à la trésorerie des petites entreprises ; un appui aux organismes soutenant leurs démarches administratives et les regroupements économiques.

FAIRE DE NOS ÉCOLES L’URGENCE BUDGÉTAIRE ABSOLUE DÈS LA PREMIÈRE ANNÉE DE MANDAT

Les petit.es Marseillais.es méritent la priorité absolue. 

Nous proposons de trouver dès l’année 2020 des ressources exceptionnelles pour la mise en sécurité et les rénovations d’urgence des écoles publiques en situation d’indignité voire de péril. Cela passera par un audit des dépenses de la ville pour trouver toutes celles qui pourraient être ré-orientées vers les écoles (par exemple les grandes manifestations internationales coûteuses, les dépenses de communication injustifiées, les emplois de complaisance dans les cabinets…). Autre exemple : vendre (après mise en concurrence des acheteurs sur des critères d’intérêt général) les bâtiments municipaux inutilisés, désertés, inaccessibles au public, quasi-privatisés, ou dont la valorisation est hors de portée des finances publiques. Ces mesures devront contribuer, dans les années qui suivent, au financement d’un programme pluriannuel de réhabilitation, tel que préconisé par le Collectif pour la rénovation des écoles

COMBATTRE LA FRACTURE TERRITORIALE

Les Marseillaises et les Marseillais méritent que chaque euro municipal dépensé soit un euro d’intérêt général.

Nous proposons d’investir en priorité (logements, crèches, bibliothèques, piscines…) pour les habitants et les quartiers qui ont été abandonnés pendant plusieurs générations. Cette répartition territoriale plus équitable des budgets alloués devra être publique et facile à contrôler, via par exemple un ratio de dépenses par habitant et par arrondissement qui n’existe pas aujourd’hui.

IMPOSER LA CONSTRUCTION DE LOGEMENTS PLUS SOCIAUX

Les Marseillaises et les Marseillais méritent de se loger dignement.

Nous proposons de revoir le Plan local d’urbanisme intercommunal pour abaisser le seuil d’obligation de création de logements sociaux et très sociaux à toute opération de construction de plus de 9 logements. Objectif : pour 9 logements construits, créer 3 logements prioritairement en Prêt locatif à usage social (PLUS) et Prêt locatif aidé d’intégration (PLAI), pour apporter des solutions durables aux Marseillais les plus démunis. C’est une piste pour à faire passer Marseille de 20 % à 30 % de logements sociaux, en veillant à leur répartition équitable sur toute la ville. Cette idée doit prendre place dans une nouvelle politique du Droit à la ville pour tous, dont le premier acte est la reconnaissance par les pouvoirs publics, et la mise en application de la Charte des délogés.

ALLER VERS DES TRANSPORTS PUBLICS 24H/24 PARTOUT DANS MARSEILLE

Les Marseillaises et les Marseillais méritent de ne pas perdre leur temps et laisser leur santé dans le tout-voiture, les embouteillages et la pollution aux particules fines.

Nous proposons dans un premier temps de prolonger de 2h (jusqu’à 23h30 environ) la période de fonctionnement des bus en service normal ; puis de généraliser le transport public 20h/24h voire 24h/24 partout dans Marseille, en commençant par les quartiers les plus mal desservis aujourd’hui.

Ce service universel de transport en commun s’appuie sur les grandes lignes du réseau (métro, tramway, trains, BHNS…), avec en correspondance des navettes de transport à la demande adaptées aux besoins des 111 quartiers de Marseille.

Pour faciliter les déplacements dans la ville et rendre les Marseillais moins dépendants de la voiture, cette politique est possible, et d’autres mesures aussi : proposer partout des voitures en auto-partage, systématiser les voies réservées aux bus et au covoiturage (voiture transportant plus de 3 personnes), doubler le réseau de pistes cyclables (de 130 à 260 km), convertir le paiement d’amendes de stationnement en abonnement de transport public…

 

RENDRE PUBLICS ET TRANSPARENTS LES VOTES ET ACTIONS DES ÉLUS

Les Marseillaises et les Marseillais méritent des élus irréprochables et clairs dans leurs choix.

En plus des déclarations d’intérêts obligatoires du maire, des maires de secteur et des adjoints, nous proposons la traçabilité…

  • de leurs engagements, énoncés clairement en début de mandat et soumis à évaluation des résultats obtenus.
  • de leurs décisions, rendues publiques par l’instauration du vote nominatif au conseil municipal : on doit savoir qui vote quoi.

Le bon sens, c’est aussi l’obligation faite à chaque Maire de secteur d’habiter son secteur.

INCLURE ET ÉCOUTER LES CITOYENS EN DEHORS DES ÉLECTIONS

Les Marseillaises et les Marseillais méritent que le pouvoir leur soit rendu.

Nous proposons la mise en place d’une Constitution municipale pour réorganiser la manière dont les décisions sont prises pour Marseille et partagées dans la ville. Cette Constitution doit…

  • redonner aux élus la capacité d’agir, travailler et débattre au sein des commissions et en conseil municipal,
  • garantir la tenue d’un minimum de 6 conseils municipaux par an, avec la possibilité de faire participer des citoyens tirés au sort à un débat préalable.
  • obliger l’exécutif à des comptes rendus de mandat, sous formes de réunions publiques organisées chaque année dans chaque secteur de la ville, pendant lesquelles le maire et le maire de secteur répondent aux questions libres des citoyens.

soumettre 5 % du budget d’investissement (environ 10 millions d’euros) à la proposition et au vote des citoyens.

REMETTRE LE SERVICE DE L’EAU EN GESTION PUBLIQUE

Les Marseillaises et les Marseillais méritent que les biens publics leur soient rendus.

Nous proposons le retour à la gestion publique de l’eau pour maîtriser son prix, assurer l’égalité, la sécurité d’accès et la transparence du service. C’est l’acte majeur d’une politique de reconnaissance et de protection des biens communs (eau, air, espaces, datas, patrimoine, écoles, littoral, transports…).

RÉORGANISER LA FONCTION PUBLIQUE MUNICIPALE POUR LA RENDRE EXEMPLAIRE

Les Marseillaises et les Marseillais méritent des services municipaux champions d’Europe de la fonction publique.

Nous proposons la création de services publics nomades (information / réponses aux questions / actes administratifs / accompagnement aux démarches administratives…) sur le modèle du bibliobus. Objectif : innover pour rapprocher les habitants des services publics. Une mesure que l’on veut emblématique d’une fonction publique valorisée, engagée, efficace, orientée vers le service de tous les habitants, où qu’ils vivent, quels que soient leur âge et leur condition sociale.

 

INSTAURER LA GRATUITÉ DES BIBLIOTHÈQUES ET DES MUSÉES

Les Marseillaises et les Marseillais méritent des lieux culturels qui les accueillent à bras ouverts.

Nous proposons la gratuité des bibliothèques et des musées pour les résidents de la ville. Une mesure à inscrire dans une politique culturelle nouvelle, concertée et partagée, avec les artistes, les professionnels, les habitants. Priorité : faire que tous les Marseillais puissent exercer leur droit à la culture, et puisse faire valoir la diversité de leurs cultures.

DÉVELOPPER LES MARCHÉS OU MICRO-MARCHÉS DANS CHAQUE QUARTIER

Les Marseillaises et les Marseillais méritent une alimentation saine et abordable.

Nous proposons de généraliser, partout où cela est possible et souhaité par les habitants, des marchés et micro-marchés alimentaires adaptés au pouvoir d’achat et aux besoins des Marseillais.

Objectif : favoriser (bien au-delà des 24 marchés existants) l’accès de tous à une offre alimentaire de produits frais, variés, au bon rapport qualité/prix, près de chez soi ; soutenir les circuits courts d’approvisionnement local et les initiatives d’agriculture urbaine (jardins partagés, micro-fermes, balconnières, graines comestibles…) ; dynamiser la vie économique commerciale et sociale de proximité

OUVRIR AU PUBLIC LES DONNÉES MUNICIPALES

Les Marseillaises et les Marseillais méritent une ville où le numérique sert la transparence et l’intérêt général.

Nous proposons l’accès et l’usage libre de toutes données municipales permettant à l’intelligence citoyenne et aux innovateurs de créer des solutions nouvelles d’économies budgétaires et énergétiques (éclairage public, arrosage, collecte des déchets, gestion du stationnement, optimisation des transports publics…) et des services utiles à tous (qualité de l’air, relogements…).